Sécurité

Dès le début de sa mandature, Anne Hidalgo s’est mis en tête qu’elle ferait évoluer ses prérogatives de maire. En effet, certains de ses pouvoirs (ou non pouvoirs) datent de l’ère napoléonienne. Cette réalité étant absconse, Madame la Maire ne pouvait la tolérer. C’est pour cela qu’avec fougue, sans compter ses heures de travail, elle a pris sa rose, son glaive et est vaillamment montée à l’assaut, prête à tout casser sur son passage. Et elle a lutté longtemps à grands coups d’annonce dans les médias et de guérilla avec le gouvernement. Mais cela seulement parce que le prix valait le risque : obtenir pour Paris, enfin, une police municipale.

Enfin, ça c’est ce que l’on imaginait . En réalité, Anne Hidalgo ne s’est pas battue pour que Paris soit enfin dotée en 2017, comme toutes les autres villes de France, d’une police municipale. Non, la maire, s’est battue de toutes ses forces pour obtenir… la police des funérailles et des baignades, ainsi que le contrôle de salubrité des bâtiments et le contrôle du stationnement payant. Mais pas la police municipale à l’instar d’autres grandes villes. Non, la maire n’a pas jugé qu’il était de bon ton de récupérer les prérogatives d’action. A Paris vous êtes donc mieux protégé lorsque vous rejoignez votre dernière demeure du Père Lachaise que lorsque vous vous risquez à traverser le capharnaüm de certaines rues.

Ah, on allait oublier ! Madame la maire a aussi fait supprimer, grâce à un subtil procédé de fusion-acquisition, les 4 premiers arrondissement de la capitale. Elle s’est aussi entichée d’une idée qui ne viendra guère perturber les abords de votre domicile : l’ouverture de casinos à Paris. C’était sans aucun doute vos priorités et bien Anne Hidalgo l’a fait !

 

Dernières actualités