Propreté

Paris est une ville propre. Mais si, enfin, ne dites pas non, Paris est propre. Pas d’ordures, pas de rats, pas d’affichage sauvage, pas de pollution. Bref, puisque l’on vous dit que tout est propre, que tout va bien, ajoutez deux lettres à Paris et c’est le Paradis !

Si la ville était si salle, Anne Hidalgo et ses adjoints n’auraient pas attendu six mois avant d’accepter la Mission d’information et d’évaluation sur la propreté demandée par le groupe Les Républicains. Ils n’auraient pas non plus été condamnés par le Tribunal administratif de Paris pour avoir laissé à l’abandon la rue Dejean dans le 18e arrondissement.

Et ce ne sont pas les quelques millions d’euros prévus au dernier moment accompagnés bien entendu d’une leçon de morale de la Maire qui en appelle au « civisme des Parisiens » qui changeront une situation installée depuis plus de 15 ans.

Mais cette méthode douce où se mêlent petites poubelles, bien-pensance et sanisettes, est la plus adéquate puisqu’Anne Hidalgo l’a répété : Paris est une ville propre. Et ne vous avisez pas de douter de sa bonne foi. Faites plutôt comme son prédécesseur, fermez les yeux. Bertrand Delanoë a argué pendant 13 ans que la ville brillait. Et d’ailleurs, selon lui Paris était propre jusqu’à ce… qu’il retourne à la vie civile. Il ne lui a alors pas fallu trois semaines pour déclarer publiquement : « Paris est une ville sale ». Ah bon ?

Dernières actualités