Emploi

« Culture numérique » pour tous et « mise en synergie des actions d’insertion sociale et d’accès à l’emploi» (oui, vous avez bien lu) sont les deux axes de la politique de l’emploi de la ville de Paris. Le travail, n’est ainsi pas tabou tant qu’il demeure réalisé dans des espaces de co-working. Là on aime, on soutient, on subventionne car Paris est une « ville globale et connectée ».

Mais, s’il s’agit de trouver une baguette de pain, un livre, ou de faire ses courses le dimanche, le travail devient tabou pour Anne Hidalgo. De même, lorsqu’il s’agit d’ouvrir ce jour-là les magasins qui réalisent une majorité de leur transaction grâce à la détaxe, on dit non. Le motif ? La loi Macron. Un projet de loi porté par le gouvernement de François Hollande, Président socialiste très cher au cœur de Madame la Maire. Enfin, tant qu’il ne s’avise pas de marcher sur ses plate-bandes. Car Anne Hidalgo, refuse l’imposition par le haut (même quand c’est réclamé par le bas). Paris n’est pas la France et ici, la loi c’est elle.

C’est donc pour cette unique raison, qu’elle s’est longtemps enflammée contre les « méthode technocratiques » de l’ancien ministre de l’Economie dont elle n’avait « rien à battre »… Et puis finalement elle a accepté. Ainsi, comme l’avait en premier lieu proposé les élus LR, les magasins ouvrent le dimanche, pour le plus grand bonheur de ceux qui aiment passer le septième jour de la semaine à c.o.n.s.o.m.m.e.r.

Dernières actualités